COVID-19 : Les effets psychologiques de la crise sanitaire

photo de deux jeunes filles assises devant un livre et un ordinateur

 

 

Faire face à une épidémie est un événement particulièrement stressant. La mise en quarantaine vient déstabiliser notre cadre de vie, de relation aux autres, d’exercice professionnel… Des inquiétudes peuvent être ressenties concernant sa propre sécurité et celle de ses proches. Dans ce contexte, l’apparition d’une certaine anxiété est tout à fait normale.

 

 

Les facteurs de stress sont multiples. Chez certains, il peut être provoqué par l’ennui lié à la situation d’isolement. Dans les foyers où l’espace doit soudain être partagé au quotidien entre plusieurs membres de la famille, la promiscuité accentuée vient parfois condenser des tensions entre les uns et les autres. Chez les enfants et plus encore chez les adolescents, le sentiment de frustration, de perdre sa liberté ou d’être infantilisé peut devenir difficile à supporter.

Avec l’évolution de l’épidémie, la crainte de contamination pour soi-même mais également pour ses proches peut maintenir un état d’alerte, avec une attention accrue sur l’apparition de symptômes somatiques.

 

 

Comment prendre soin de soi ? Quelques stratégies à mettre en place pendant la période de confinement :

  • Avant tout, il importe de bien garder à l’esprit que cette période est transitoire.
  • Communiquer avec ses proches : appels téléphoniques ou en visio, mails… La technologie se met ici à notre service pour maintenir les liens et s’informer. Avec les adolescents, il peut être judicieux d’assouplir les règles habituelles afin de leur permettre de rester en contact avec leurs groupes de pairs.
  • Comprendre les risques et s’informer : à partir de sources fiables et de sites officiels de santé publique. Attention à la désinformation et à l’exposition médiatique excessive qui augmentent le risque d’état de stress. Il est préférable de prendre connaissance des actualités à des moments précis de la journée plutôt que lire ou écouter en continu les mêmes informations.
  • Maintenir un rythme régulier et habituel de sommeil, ainsi qu’une alimentation équilibrée.
  • Que l’on soit confiné seul ou en famille, organiser le temps et les espaces à la maison : planifier les activités de chacun entre temps de travail et temps récréatif. Faire de l’exercice même chez soi permet d’évacuer les tensions que l’on peut ressentir. Pour les enfants, les activités créatives comme le dessin, la peinture, les jeux permettent de partager des émotions qu’ils peinent parfois à identifier et exprimer. Pour les personnes en télétravail, les pauses restent importantes et peuvent être définies à l’avance. En famille, établir des règles de vie commune spécifiques à la situation et essayer d’identifier ensemble les besoins essentiels de chacun peut aider à apaiser les tensions.

 

 

Le stress et la déprime sont des manifestations normales et transitoires face à la situation épidémique que nous rencontrons. Néanmoins, si ces symptômes s’aggravent ou deviennent trop envahissants, demander une aide psychologique pourrait permettre d'apaiser ce mal-être (téléconsultation possible en période de confinement).

   

Nous contacter :

 

Cabinet de psychologie Croix-Rousse |  9 Rue Artaud | 69004 Lyon

 

Amandine BOUCHET - psychologue clinicienne

Numéro ADELI : 699342630

Numéro SIRET : 879 717 734 00013

e-mail: abouchet.psychologue@gmail.com

Mickaël MELIN - psychologue clinicien

Numéro ADELI : 699348033

Numéro SIRET : 803 850 601 00011

e-mail: mmelin.psychologue@gmail.com